Sententiae latinae

© Nadia Pla
30 août 2011
,
modifié le 23 juillet 2012, le 26 août 2014, le 23 octobre 2017, le 25 juillet 2020, le 29 juillet 2021, le 16 août 2022





Je suis de plus en plus persuadée de l'intérêt des "citations latines célèbres" : ce sont des phrases courtes, dont la traduction ne va pas lasser les élèves, elles sonnent bien, elles se retiennent facilement par coeur, calligraphiées elles agrémenteront les murs de la salle, elles permettent très souvent d'aborder tel ou tel point de grammaire, elles offrent une réflexion riche de sagesse ou d'âpres sujets de discussion, enfin plusieurs d'entre elles sont familières aux élèves car reprises dans les albums d'Astérix, dans des noms de marques de divers produits ou encore dans des chansons de rock ou de rap très contemporaines.

Qu'on les serve en apéritif (la "phrase du jour" ou "phrase de la semaine"), en plat principal (pourquoi pas une courte séquence de révision en début de 4e à partir d'une dizaine de phrases célèbres?) ou en dessert (pour illustrer un point de civilisation (ex : Jules César) ou un point de grammaire (ex : l'adjectif verbal), les citations latines seront toujours savoureuses et faciles à digérer!

Pour avoir une idée de l'exploitation pédagogique que j'en fais en classe, je vous invite à lire cette page : https://www.arretetonchar.fr/prathic-3-la-phrase-de-la-semaine-pour-nadia-pla-cest-lundi/

Mais pour pouvoir les dégainer au moindre besoin, il me manquait un outil simple et précieux : un document qui les regrouperait toutes et qui les replacerait dans un contexte minimal (auteur + époque). Je m'y suis donc attelée et vous en fait profiter.

Vous trouverez donc ci-dessous un stock contenant le maximum de phrases latines célèbres, auxquelles j'ai ajouté un choix totalement subjectif de phrases moins célèbres et qui me plaisent.

C'est un document de travail brut. L'ordre est un peu bizarre, mélange d'ordre chronologique, thématique, typologique . . . C'est juste la manière dont je m'y retrouve, moi. Je présente d'avance mes excuses à ceux qui s"y perdront . . . D'autre part, je n'ai pas fait figurer les traductions, ni les références exactes des ouvrages où ces phrases apparaissaient pour la première fois. Vous les connaissez certainement par coeur pour la plupart, sinon vous les trouverez aisément dans les pages roses du Petit Larousse, sur Internet. Pour Publilius Syrus (que l'on peut trouver orthographié "Publilius" (son véritable prénom) ou "Publius" (le prénom sous lequel il est plus connu, notamment au Moyen Âge), vous pouvez consulter cette page : http://remacle.org/bloodwolf/poetes/syrus/sentences.htm .



Nouveauté 2020 : Je vous copie tout de même à la fin des bribes de traductions et d'explications qui figurent dans mon document de travail. C'est un brouillon, mais qui, je pense, pourra être utile à certains. Si vous avez besoin de plus de précisions, n'hésitez pas à m'écrire.



Si vous avez encore faim, après avoir lu ma page :

Un site très complet sur les citations latines, avec traductions, explications du contexte, et sources des citations :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_locutions_latines

Il n'y a pas l'équivalent pour les citations grecques, si ce n'est en allemand (ce qui peut dépanner, même si on ne connaît pas très bien l'allemand : on a déjà une petite idée du contexte, et on se débrouille avec un traducteur automatique pour avoir une idée du reste)

http://de.wikipedia.org/wiki/Liste_griechischer_Phrasen

Sur la page d'accueil, les phrases sont par ordre alphabétique en allemand et en latin. Juste avant figure une ligne d'alphabet grec, qui permet d'ouvrir une page par lettre grecque et de les avoir par ordre alphabétique en grec.


_______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________


Sententiae latinae

Citations d'auteurs grecs

Maxime de Delphes Nosce te ipsum (Γνῶθι σεαυτόν)

Ne quid nimis (Μηδὲν ἄγαν )

Socrate Scio me nihil scire.(Οἶδα οὐδεν εἰδώς )

Alcée (cité par Pline)

In vino veritas. (Ἐν οἴνῳ ἀλήθεια)

Nunc est bibendum. (copié par Horace!) Νῦν χρῆ μεθύσθην

Aristote Nemo censetur ignorare legem.

Apelle, le peintre (cité par Pline)

Nulla dies sine linea.(Τήμερον οὐδεμίαν γραμμὴν ἤγαγον)

Sutor, ne supra crepidam!

Hippocrate Ars longa, vita brevis. (Ὁ βίος βραχύς, ἡ δὲ τέχνη μακρή)

Les Stoïciens Sustine et abstine. (Ἄνεχου καὶ ἀπέχου)

(à faire suivre, plus tard mais la même année, de « Si sis marine, abstine a terrestribus » de P. Syrus)

Archimède Noli turbare circulos meos. → Μή μου τοὺς κύκλους τάραττε.

Proverbes Una hirundo non facit ver. (Μία χελιδὼν ἔαρ οὐ ποιεῖ)

Elephantum ex musca facis. (Ἐλέφαντα ἐκ μυίας ποιεῖς)


Époque romaine

Mucius Scaevola Civis romanus sum.


Brennus Vae victis.


Lucrèce (attribué à) : Ex nihilo nihil fit.


Caton: Delenda est Carthago.


Cicéron:

O tempora! O mores!

Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra?

Cui bono?

Cedant arma togae.

Aut vincere, aut emori.

Patria est ubicumque est bene.

Alter frenis eget, alter calcaribus.

Nihil inimicius quam sibi ipse (proverbe, cité par)

Aut bibas, aut abeas. (accepter les règles du banquet)


César

Veni, vidi, vici.Ἦλθον, εἶδον, ἐνίκησα.

à faire suivre par la phrase de V. Hugo !

Alea jacta est. (Ἀνερρίφθω κύβος. )

Tu quoque fili ? (Καὶ σὺ τέκνον;)


Catulle Odi et amo


Properce

Oculi sunt in amore duces.


Virgile

Omnia vincit amor.

Labor omnia vincit improbus.

Fugit irreparabile tempus.

Arma virumque cano.

Horresco referens.

Timeo Danaos et dona ferentes.

Fama volat.

Audaces fortuna juvat.

Et ruit Oceano nox.

Carpent tua poma nepotes.

Felix qui potuit rerum cognoscere causas.

(rerum cognoscere causas : devise de plusieurs universités et journaux ds le mde)


Ovide

Donec eris felix, multos numerabis amicos.

Romanae spatium est Urbis et orbis idem.

Omnia mutantur, nihil interit.

Barbarus hic ego sum, qui non intellegor ulli.


Horace

Carpe diem.

Exegi monumentum aere perennius.

Desinit in piscem.

Nunc est bibendum. (d'après Alcée : Νῦν χρῆ μεθύσθην)

Ira furor brevis est.

Odi profanum vulgus et arceo.

Sapere aude.


Juvénal

Mens sana in corpore sano.

Panem et circenses.


Martial

Ut ameris, ama.

Quod sis esse velis, nihilque malis.


Plaute Homo homini lupus.

(Hobbes adapté de)

Amor amara dat. (proverbe, cité par)


Térence Teneo lupum auribus. (proverbe, cité par)

Homo sum : humani nihil a me alienum puto.


Tacite

Ubi solitudinem faciunt, pacem appellant.


Sénèque

Si vis amari, ama.

Aut ridenda omnia, aut flenda sunt.

Bis dat qui cito dat.

Qui nescit tacere, nescit et loqui. (attribué à Sénèque)

Non scholae, sed vitae discimus. (d’après Sénèque) / Non vitae, sed scholae discimus (Sénèque, mais en le regrettant)


Apulée Ubi uber, ibi tuber. (Florides, IV 18 = discours)


Ausone

Infelix Dido, nulli bene marito : hoc pereunte fugis, hoc fugiente peris.


Flavius Caper

Hoc cerebrum est. Nam cereber qui dicunt sine cerebro vivunt.


Ps-Bède

Natura abhorret vacuum. (d'ap. Aristote)


Ammien Marcellin (IVe s.)

Inter vepres rosae nascuntur.


saint Augustin (IVe s. )

Via viatores quaerit. (attribué à)

Inter faeces et urinam nascimur. (attribué à)


saint Jérôme (Ve s. ap. JC)

Capitur urbs, quae totum cepit orbem.


Empereurs

Auguste

Festina lente. (d'ap. pvb grec : Σπεῦδε βραδέως )

Acta est fabula.

Caligula

Oderint dum metuant. (repris de Cicéron citant tragique grec Accius)

Néron Qualis artifex pereo!

Titus Diem perdidi.

Vespasien Pecunia non olet. Τα χρήματα δεν μυρίζουν

Decet imperatorem stantem mori.

Oracle sur Sévère Alexandre (IIIe s) Te manet imperium quod tenet imperium.

Constantin In hoc signo vinces. (IVe s.) (Ἐν τούτῳ νίκα) / Hoc signo victor eris.


Publilius Syrus

Ab alio exspectes, alteri quod feceris

Alienum nobis, nostrum plus aliis placet.

Ames parentem si aequus est ; si aliter, feras.

Amicis eo magis des, quo nihil habes.

Annosus stultus non diu vixit, sed diu fuit.

Audendo virtus crescit, tardando timor.

Aut amat, aut odit mulier : nihil est tertium.

Bis vincit qui se vincit in victoria.

Brevis ipsa vita est, sed malis fit longior.

Discordia fit carior concordia.

Dolor animi gravior est quam corporis dolor.

Etiam capillus unus habet umbram suam.

Gravior est inimicus qui latet in pectore.

Homo vitae commodatus, non donatus est.

Ignoscito saepe alteri, numquam tibi.

Imperium habere vis magnum? Impera tibi.

Male secum agit aeger, medicum qui heredem facit.

Minus saepe pecces, si scias quid nescias.

Mulier quae multa nubit, multis non placet.

Multos timere debet, quem multi timent.

Nisi per te sapias, frustra sapientem audias.

Non est bonitas, esse meliorem pessimo.

O vita misero longa, felici brevis!

Quotidie est deterior posterior dies.

Stultum est vicinum velle ulcisci incendio.

Deformis simiarum erit pulcherrima.

Gladiator in ipsa arena consilium capit.

In sterculino plurimum gallus potest.

Leonem mortuum etiam catuli morsicant.

Male habebit medicus, nemo si male habuerit.

Musco lapis volutus haud obducitur.

Odi sapientem qui sibi ipsi non sapit.

Pirum, non ulmum, accedas, si cupias pira.

Si sis marinus, abstine a terrestribus.

Vel taceas, vel meliora dic silentio.


Anonymes ou diverses phrases en usage à Rome

Inscriptions funéraires

Viator! Quod tu, et ego ; quod ego, et omnes. (Atarbius, Tlemcen)

Domum servavit, lanam fecit (/ femme de citoyen)

Hodie mihi, cras tibi.

Non fui. Fui. Non sum. Non curo.


Pancarte ou mosaïque à l'entrée des maisons

Cave canem.


Salutation à l'empereur (et son ajout exceptionnel) (cité par Suétone)

Ave Caesar, morituri te salutant.


Avertissement murmuré par un esclave lors des triomphes militaires

Memento mori.


Réponse de l’oracle de la Sibylle à un soldat romain (d’ap un chroniqueur du XIIIe s)

Ibis redibis non morieris in bello.


Formule des comédiens à la fin des spectacles

Plaudite, cives.


Maxime de droit romain

Abusus non usum tollit.

Do ut des. (Paul, Digeste)

Testis unus, testis nullus. (adage de justice médiévale)


Phrase gravée (selon la légende) sur les colonnes d'Hercule

Ibi deficit orbis. (source? Anciennes cartes géo)


Proverbes

Age quod agis.

Aquila non capit muscas.

Asinus asinum fricat.

Bis repetita placent.

De minimis non curat praetor.

Doctus cum libro.

Dum spiro, spero.

Dura lex, sed lex.

Errare humanum est.

Fabricandi fit faber.

Fide, sed cui cide.

In cauda venenum.

Nomen est omen.

Non ut edam vivo, sed ut vivam edo.

Qui bene amat bene castigat.

Semel in anno licet insanire

Si vis pacem, para bellum. (d'ap. Végèce)

Sol omnibus lucet.

Tarde venientibus ossa.

Ubi bene, ibi patria.

Usus magister est optimus.

Verba volant, scripta manent.

Veritas temporis filia est. (cité par Aulu-Gelle)

Parturient montes, nascetur ridiculus mus.

Potius sero quam numquam.

Ipse mihi asciam in crus impegi.

Amicus Plato, sed magis amica veritas.

Barba non facit philosophum.

Non fuit in solo Roma peracta die.

Patior ut potiar.

Per aspera ad astra.

Gutta cavat lapidem.

Septem convivium, novem convicium.

In medio stat virtus.

Dum vivuimus, vivamus.

Dubium sapientiae initium.




La Bible


Dieu (cité dans la Genèse)

Fiat lux. (Γενηθήτω φῶς )

Dieu (cité dans l’Exode)

Ego sum qui sum.


Psaume de David

Abyssum abyssus invocat.


L'Ecclésiaste

Nihil novi sub sole.

Vanitas vanitatum et omnia vanitas.


Jésus Christ (cité dans l'Evangile)

Beati pauperes spiritu. (Μακάριοι οἱ πτωχοὶ τῷ πνεύματι)

Margaritas ante porcos.

Noli me tangere. Μή μου ἅπτου

Redde Caesari quae sunt Caesaris et quae sunt Dei Deo. (Τὰ Καίσαρος ἀπόδοτε Καίσαρι καὶ τὰ τοῦ θεοῦ τῷ θεῷ)

Tu es Petrus, et super hanc petram aedificabo ecclesiam meam. Σὺ εἶ Πέτρος, καὶ ἐπὶ ταύτῃ τῇ πέτρᾳ οἰκοδομήσω μου τὴν ἐκκλησίαν.

Vade retro, Satana.

Qui habet aures audiendi audiat.

Quo vadis? Κύριε, ποῦ ὑπάγεις; (« Domine, quo vadis? », Pierre à Jésus, dans Les Actes de Pierre (apocryphe))

Époque médiévale et moderne

Christianisme

Sic transit gloria mundi.


Divers

Quis, quid, ubi, quibus auxiliis, cur, quomodo, quando ? (moyen mnémotechnique développé au Moyen Âge, attribué à Cicéron ou à Quintilien)


Cadrans solaires

Dum loquor, hora fugit.

Fugit hora, ora.

Omnes vulnerant, ultima necat.

Sine sole sileo.

Hora fugit, stat jus. (cadran solaire du Palais de Justice de Paris)

Horas non numero nisi serenas. (pas vraiment cadran, mais gloriole de Buffon au Jardin des Plantes)


Cloches

Vivos voco. Mortuos plango. Fulgura frango. (inscriptions sur des cloches)


VIIe s

Neglegens quasi nec legens. (Isidore de Séville)


Adages du Moyen Âge

Schola scala.

In vento scribit laedens, in marmore laesus.

Qui gladio ferit, gladio perit (inspiré Mathieu 26, 52 : omnes enim, qui acceperint gladium, gladio peribunt.)

Quod licet Iovi non licet bovi.

Qui fugit molam, farinam non invenit.


XIIe s.

Mille viae ducunt homines per saecula Romam. (Alain de Lille)

Multi multa sciunt, et se ipsos nesciunt. (Bernard de Clairvaux)

Qui me amat et amat canem meum. (proverbe, cité par Bernard de Clairvaux)

Disce vel discede. (sur le fronton de plusieurs écoles du MA)


XIIIe s.

Timeo hominem unius libri. (attribué à Thomas d'Aquin)

Fiat domine cor meum demerdatum. (Raimond Guilhem, juge chancelier de Raimond VI, comte de Toulouse, dans une charte de 1202)


Devises

Fluctuat, nec mergitur (Paris)

A mari usque ad mare. (Canada)

A. E. I. O. U. = Austriae est imperare orbi universo. (Habsbourg, puis Autriche)

Florebo quocumque ferar. (île de la Réunion)

Libris et liberis (Louise de Savoie, mère de Fr Ier)

Nutrisco et extinguo. (François Ier) ; (ss-entendu : le feu)

Aut Caesar, aut nihil. (César Borgia)

Nec pluribus impar. (Louis XIV)

Soli soli soli (id)

Quo non ascendet ? (Fouquet)

E pluribus unum (Etats-Unis)


Divers Visita Interiorem Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem (V.I.T.R.I.O.L.) (devise des alchimistes)


XVIe s

Quae nocent docent. (proverbe cité par Erasme)


XVIIe s.

Cogito ergo sum. (Descartes)


XVIIIe s

Sit ut sunt, aut non sint. (adage)


XIXe s.

Hic cineres, ubique nomen (inscription sur les tombeaux de plusieurs personnages célèbres, dont Napoléon)

Ad augusta per angusta. (Victor Hugo, d'ap une maxime méd)

Veni, vidi, vixi (Victor Hugo)

Citius, altius, fortius. (devise des J.O. : Pierre de Coubertin, d'après Henri Didon)


Phrases citées par Julius Wegeler (XIXe s.)

Ad mala patrata, sunt atra theatra parata.

Est bellum bellum bellis bellare puellis.

Ex oculis, loculis, poculis, cognoscitur omnis.

Felix hora, brevis mora.

Ferrum fero, ferro ferio.

Liba libens libo, libando libentius ibo.

Modicus cibi, medicus sibi.

Otia dant vitia.

Qualis rex, talis grex.

Ubi mel, ibi fel.


XXe s.

Iovis erepto fulmine per inferna vehitur Promethei genus. (F. Bienvenue, devise du métro parisien)

Ex luna scientia (écusson de la mission Apollo XIII, 1970)


Phrases récréatives

J.K. Rowling / Harry Potter (XXe s)

Draco dormiens numquam titillandus. (devise de Hogwarts)


Anagrammes

Quid est veritas? - Est vir qui adest. (attribué à Jésus répondant à Ponce Pilate)


Palindromes

In girum imus nocte et consumimur igni.

Sator Arepo tenet opera rotas. (dans tous les sens : carré magique)

Roma olim milo amor. (dans tous les sens : carré magique ; trouvé à Ostie et à Pompéi)

Signa te, signa, temere me tangis et angis.

Roma tibi subito motibus ibit amor.


Boules de neige

Amore, more, ore, re (verus amicus cognoscitur).


Virelangues

Ave, ave, aves esse aves?

Mala mala mala mala malo malo malo malo.

Te tero, Roma manu nuda ; date tela, latete.

Non de cane, cane decane, canas. (anonyme, Moyen Âge)

VI VERI VNIVERSVM VIVVS VICI. (Robert Nye, roman Faust, 1980 ; repris ds film V pour vendetta 2006)

Hic jacet in tumulo / Rosa Mundi non Rosa Munda / Non redolet sed olet / Quod redolere solet. (inscription présumée de la tombe de Rosemonde, 1177)


Tautogramme

Plaudite porcelli, porcorum pigra propago progreditur. (Anonyme, Pugna Porcorum, 1530)


Rébus

O QUID TUA TE

BE BIS BIA ABIT


RA RA RA

ES ET IN

RAM RAM RAM

I I

(inscription trouvée en Allemagne)


Pangramme

Equore cum gelido Zephyrus fert xenia kymbis. (sur des manuscrits des XIVe et XVe s)


Phrases codées

Secdg quar. quin. npri. sprix quar. nter. cpri. nquar. mter. nsecun. hquin. gsecd. bquinrc. qarr. dinando. hsecdc. scrter. bsecd. bprim. (Hugeburc, vers 785)


Autres jeux de mots

Eo rus. / I. (Voltaire et Frédéric II, XVIIIe s)

Mitto tibi navem prora puppique carentem.

Mitto tibi metulas ; si vis cognoscere, vertas.

Lupus est matrem suum.

Si napo leo viveret, hominem non esset 

I I I I I I : adde tres nihil obtinendum.

Ora, lege, lege, lege, relege, labora et invenies. (formule dans le Mutus liber, recueil d'alchimie, 1677)


Jeu de mots en français

Caesarem legato alacrem eorum ille portavit assumpti Brutus.

Var. : Sumpti maria portavit legatos haec et nobis cui praeferre alacrem eorum.


Enigmes

Ego sum principium mundi et finis saeculorum attamen non sum Deus. Quis sum ? (anonyme)




Traductions et explications



Alter frenis eget, alter calcaribus.(Att. 6, 1, 12)

L'un a besoin qu'on le freine, l'autre qu'on l'éperonne.

(egeo = avor besoin de)


Et ruit Oceano nox.

Et la nuit s'élance de l'Océan


Barbarus hic ego sum, qui non intellegor ulli

Le barbare, ici, c'est moi, qui ne suis compris par personne.


Quod sis esse velis, nihilque malis

Ce que tu es, tu dois le vouloir, et ne rien préférer (Sois ce que tu es et ne désire rien d'autre)


Inter vepres rosae nascuntur.

Vepres = les épines


Constantin In hoc signo vinces. (IVe s.) (Ἐν τούτῳ νίκα) / Hoc signo victor eris.

Les textes ne nous donnent que le texte grec ; on l’a traditionnellement traduit n latin par « In hoc signo vinces », mais l’étude des monnaies nous montre que la phrase latine utilisée était « Hoc signo victor eris »


Oracle sur Sévère Alexandre (IIIe s) Te manet imperium quod tenet imperium.

(jeu de mots sur « imperium ») : Te reviendra l’empire qui détient le pouvoir


Ab alio exspectes, alteri quod feceris

Attends-toi à recevoir d'autres ce que tu auras fait à autrui


Alienum nobis, nostrum plus aliis placet.

Ce qui est à autrui nous plaît plus, ce qui est à nous plaît plus aux autres.


Ames parentem si equus est ; si aliter, feras.

Tu dois aimer ton père s'il est juste ; sinon, tu dois le supporter.


Audendo virtus crescit, tardando timor.

Tardando : en hésitant


Homo vitae commodatus, non donatus est.

Commodatus : prêté


Ignoscito saepe alteri, numquam tibi.

Ignoscito : pardonne


Minus saepe pecces, si scias quid nescias.

On se tromperait moins souvent si…


Ipse mihi asciam in crus impegi

Je me suis planté la hache dans la jambe


Patior ut potiar.

J'endure pour que je maîtrise


Septem convivium, novem convicium.

A 7 le banquet, à 9 le brouhaha.


Mille viae ducunt per saecula Romam

depuis des siècles


Timeo hominem unius libri

Peut être interprété comme « Un homme qui ne connaît qu'un livre, mais le connaît à fond, peut être redoutablement efficace » ou comme « Je me méfie d'un homme qui ne connaît qu'un seul livre »


Fiat domine cor meum demerdatum

source : https://deeds.library.utoronto.ca/charters/02184405


Vivos voco. Mortuos plango. Fulgura frango.

Inscription sur une cloche à Bâle en 1486, reprise par Schiller, puis par Tolstoï ; à propos de « fulgura frango », cf. video Nota Bene sur les métiers dangereux : le sonneur de cloches ; variante du XIIIe s, cloche de la basilique St François d’Assise à Assise : « Sabbatha pango, funere plango, fulgura frango, excito lentos, domo cruentos, dissipo ventos. » = j’indique le sabbat, je pleure les morts, j brise les éclairs, j’excite les lents, je soumets les cruels, je dissipe les vents.


Nec pluribus impar

Mot à mot "Et non inégal à plusieurs". Le mot à mot n'est pas satisfaisant, bien sûr, mais quant à la signification réelle de la phrase, les érudits se déchirent depuis des siècles ! Quelques hypothèses :

- Si "non inégal à plusieurs" se comprend comme "égal à plusieurs", on peut comprendre "Il en vaut plusieurs (à lui tout seul)" ou qu'il est "au-dessus de tous" ou encore "seul contre tous".

- On peut aussi considérer que "pluribus" n'est pas du masculin, mais du neutre, et qu'il ne faut pas comprendre "plusieurs personnes", mais "plusieurs choses". En ce cas, "non inégal" peut se comprendre comme "suffisant",  et la phrase peut signifier "Il est suffisant pour plusieurs choses", c'est-à-dire "Tout lui est possible".

- Certains ont vu dans "pluribus" plusieurs mondes et, se référant à l'emblème de Louis XIV, le soleil, ont pensé pouvoir l'interpréter comme "suffisant pour plusieurs mondes", donc "Il éclaire plusieurs mondes".

Soli soli soli

Au seul soleil de la terre.

(l'adj « solus, a, ul » a un gén et un dat irrég)


Ad mala patrata, sunt atra theatra parata.

Pour de mauvais desseins, le sombre théâtre est dressé (les sombres décors sont prêts)


Est bellum bellum bellis bellare puellis.

C'est une jolie guerre que de combattre les jolies filles.


Ex oculis, loculis, poculis, cognoscitur omnis.

Par les yeux, l'argent (le coffret), la boisson (la coupe), tout est connu.


Felix hora, brevis mora.

Heure heureuse, court répit.


Ferrum fero, ferro ferio.

J'apporte le fer, avec le fer je frappe.


Liba libens libo, libando libentius ibo.

Je répands avec plaisir les libations ; en les répandant, j'irai avec encore plus de plaisir.


Ubi uber, ibi tuber.

Où il y a de la fertilité, il y a une racine.

(Je trouve aussi : où il y a abondance, il y a surabondance ; où il y a un sein, il y a une tumeur ; où il y a mamelle il ya bosse)


----------------------------------------------

Ave, ave, aves esse aves?

Bonjour grand-père, veux-tu manger des oiseaux?


Mala (abl. Sg de mala, -ae f) mala (acc. pl. n. de malus, -a, -um) mala (acc. pl. de malum, -i n.) mala (abl. Sg f de malus, -a, -um) malo (abl. Sg de malus, -i f.) malo (dat. Sg m de malus, -a, -um) malo (dat. Sg de malus, -i m.) malo (vb malo, mavis, malle).

Je préfère [manger] des mauvaises pommes avec ma mâchoire sur un mauvais pommier [plutôt] que sur un mauvais mât.


Amore, more, ora, re (verus amicus cognoscitur).

(On reconnaît un vrai ami) à son amour, à sa conduite, à sa parole, à son action.


Signa te, signa, temere me tangis et angis.

Signe-toi, signe-toi, tu me serres et tu m'étrangles sans t'en rendre compte


Roma olim Milo amor

« Rome [vocatif], autrefois Milo fut mon amour » ou « A Rome [ablatif] autrefois Milus [datif ; ou Milo avec erreur de cas] a eu de l’amour [verbe ^tre ss-entendu] »


Roma tibi subito motibus ibit amor.

A Rome, l'amour te viendra subitement ds les passions.


Non de cane, cane decane, canas.

Ce n’est pas à propos de chien, doyen chenu, que tu dois chanter.


VI VERI VNIVERSVM VIVVS VICI.

Par le pouvoir de la vérité, j'ai, vivant, vaincu l'univers


Hic jacet in tumulo / Rosa Mundi non Rosa Munda / Non redolet sed olet / Quod redolere solet. (inscription présumée de la tombe de Rosemonde, 1177)

Des textes tardifs rapportent que ce texte aurait été écrit sur la tombe de Rosamund Clifford, maîtresse d'Henri II d'Angleterre (mari d'Aliénor d'Aquitaine), morte empoisonnée (sur ordre d'Aliénor?)

Ici repose dans sa tombe / la Rose du Monde, non la Rose Pure / Elle n'embaume pas, mais elle sent l'odeur / Qu'elle doit sentir.


Plaudite porcelli, porcorum pigra propago progreditur. (Anonyme, Pugna Porcorum, 1530)

(1er vers d'un ouvrage de 300 vers entièrement tautogramatique en P)

Applaudissez, porcelets, la race paresseuse des porcs s'avance (traduction en tautogramme : Plaudissez, porcelets, peuple paresseux porcin progresse)


O QUID TUA TE

BE BIS BIA ABIT

O superbe ! Quid superbis ? Tua superbia te superabit.


RA RA RA

ES ET IN

RAM RAM RAM

I I

Terra es et in terram ibis


(inscription trouvée en Allemagne, selon les sources : à Munich sur une tombe ou à Lampspring sur une église ; ce jeu de mots apparaît dans les rubriques divertissements de journaux français ou anglais du XIXe s))


O orgueilleux ! Pourquoi t'enorgueillis-tu ? Ton orgueil te vaincra.


Tu es terre et tu iras en terre.


Equore cum gelido Zephyrus fert xenia kymbis.

Avec la mer gelée, le Zéphyr apporte des cadeaux aux barques


Secdg quar. quin. npri. sprix quar. nter. cpri. nquar. mter. nsecun. hquin. gsecd. bquinrc. qarr. dinando. hsecdc. scrter. bsecd. bprim. (Hugeburc, vers 785)

Chaque voyelle est remplacée par un nombre (correspondant à son ordre dans la liste des cinq voyelles), puis ce nombre est remplacé par son abréviation en lettres en latin, avec des variantes pour les abréviations et un bout de mot « -dinando » visiblement oublié de coder. Les coupures entre les groupes de lettres sont aléatoires et donnent la fausse impression d'unités lexicales…

Donc :

A = 1 = primus = pri ou prim

E = 2 = secundus = secd ou secun

I = 3 = tertius = ter

O = 4 = quartus = quar

U = 5 = quintus = quin

« EGO UNA SAXONICA NOMINE HUGEBURC ORDINANDO HEC SCRIBEBAM »

« Je suis une Saxonne du nom de Hugeburc. J'ai écrit cela après l'avoir composé. »


Mitto tibi navem prora puppique carentem.

S'il manque la proue et la poupe au « navem », il reste « ave » (c'est un jeu de mot que l'on trouve à la fin d'une lettre)


Mitto tibi metulas ; si vis cognoscere, vertas.

Si on retourne « metulas » (des "petites bornes", sans doutes des gâteaux de forme conique ou pyramidale ), on obtient « salutem » (même remarque que pour la phrase précédente)


I I I I I I : adde tres nihil obtinendum.
NIHIL (en ajoutant 3 barres)


Ora, lege, lege, lege, relege, labora et invenies. (formule dans le Mutus liber, recueil d'alchimie, 1677)
(gravure où figure la phrase facilement visible sur internet en tapant la phrase)

Lupus est matrem suum. = Le loup mange la mère des cochons. (et non : « Le loup est sa propre mère »)


Si napo leo viveret, hominem non esset 

Si le lion vivait de navets il ne mangerait pas l'homme (et non "Si Napoléon vivait il ne serait pas un homme.")


Caesarem legato alacrem eorum ille portavit assumpti Brutus.

Contrairement à l'équivalent grec (Ouk elabon polin, etc.), tous ces mots latins corrects ne forment pas une phrase correcte en latin. Mais on entend : César aime les gâteaux à la crème et au rhum : il les porta vite à son p'tit Brutus!

[Ce Brutus porta César joyeux à leur envoyé, [eux étant] adjoints → Brutus conduisit César, qui était de bonne humeur, à leur envoyé, alors qu'ils s'étaient joints à lui.]


Sumpti maria portavit legatos haec et nobis cui praeferre alacrem eorum.

On entend : Son p'tit mari apporta vite les gâteaux secs et nos biscuits préférés à la crème et au rhum.





Si vous êtes professeur et que vous hésitez sur les traductions ou le contexte de certaines phrases, vous pouvez m'écrire (adresse de messagerie en bas de la page).




Retour au sommaire "Coin des Antiquisants"

 

N'hésitez pas à m'écrire pour toute question ou suggestion:

np.pla@wanadoo.fr