Les classes de mots (ou « natures » des mots)

 

 

- Nom (ou « substantif »)

Un nom est un mot qui sert à désigner quelque chose ou quelqu'un.
 
Exemples de noms : chaise, amour, Marie, Paris

- Déterminant

Le déterminant est un partenaire du nom : c'est un petit mot qui est toujours placé devant lui et qui nous donne des informations pratiques sur lui, comme le genre et le nombre, etc.
 
Exemples de déterminants : le, des, mon, cette, chaque

- Adjectif

L'adjectif est aussi un partenaire du nom : c'est comme un vêtement ou un bijou qui nous montre l'apparence du nom. Selon les adjectifs, une « forêt » peut être « sombre et inquiétante » ou « gaie et fleurie ».
 
Exemples d'adjectifs : sombre, inquiétant, gai, fleuri, rouge, grand, paresseux

Quand le déterminant, le nom et l'adjectif se donnent la main, ils forment un groupe nominal (ex : « la fleur rouge », « un gros chien », « cette question surprenante »).

- Pronom

Le pronom est aussi en relation avec le nom, mais on ne les voit jamais ensemble. En effet, le pronom remplace le nom (ou le groupe nominal).
 
Exemples de pronoms : il, nous, celui-ci, quelqu'un

- Verbe

Le verbe est un mot qui sert à exprimer une action ou un état.
 
Exemples de verbes d'action : manger, travailler, dire, aimer
 
Exemples de verbes d'état : être, paraître

- Adverbe

L'adverbe est un mot qui explique comment se passe l'action.
 
Exemples d'adverbes : lentement, gentiment, tard, là

 

Les prépositions et les conjonctions sont de petits mots-outils qui servent à accrocher.

 

- Préposition

Les prépositions servent à accrocher un nom ou un groupe nominal au reste de la phrase.
(ex : « Je donne une fleur de cerisier à ma fiancée dans le jardin »)
 
Exemples de prépositions : de, à, dans

- Conjonction de subordination

Les conjonctions de subordination servent à accrocher une proposition au reste de la phrase.
(ex : « Je sais que tu m'aimes. » ; « Je mange quand j'ai envie. »)
 
Exemples de conjonctions de subordination : que, quand

- Conjonction de coordination

Les conjonctions de coordinations servent à accrocher ensemble deux mots ou groupes de mots de même nature.
(ex : « noir et blanc » ; « des souris et des hommes » ; « je mange et je bois »)
 
Exemples de conjonctions de coordination : et, mais

Une proposition est un groupe de mots qui contient un verbe conjugué.

 

- Interjection

L'interjection est un petit cri. Elle ne fait pas vraiment partie de la phrase. Elle est souvent isolée et on la trouve surtout dans les dialogues.
Exemples d'interjections : ah, aïe, saperlipopette

 

Attention : « où » et « que », conjonctions de subordination ou pronoms relatifs ?

- « où » peut être une conjonction de subordination (ex : « Je me demande où tu vas. ») ou un pronom relatif (ex : « C'est le collège où tu vas. »).

- « que » peut être une conjonction de subordination (ex : « Je sais que tu m'aimes. ») ou un pronom relatif (ex : « Montre-moi la fille que tu aimes. »).

Comment les différencier ?

C'est très facile : la conjonction de subordination suit un verbe ; le pronom relatif suit un nom.

Pour les curieux :

Pourquoi le pronom relatif s'appelle-t-il un pronom ?

Réponse : le pronom relatif remplace un nom, comme tous les autres pronoms.

En effet, « C'est le collège où tu vas. » permet d'éviter d'écrire : « C'est un collège. Tu vas dans ce collège. » ; « Montre-moi la fille que tu aimes. » permet d'éviter d'écrire : « Tu aimes une fille. Montre-moi cette fille. »


 

Voici une série de devinettes, chacune d'entre elles correspond à une classe de mots. À toi de les résoudre.

NB: cette liste de devinettes est de source inconnue ; si quelqu'un sait d'où elle vient ou qui est son auteur, qu'il n'hésite pas à me le signaler et je mentionnerai ici ces références.

 

1. Je suis toujours précédé d'un déterminant. J'ai un certain genre. Sans mot, on serait bien embêté pour savoir de quoi parler. Qui suis-je ?
 
2. Je suis souvent comme un petit drapeau qui afficherait le genre et le nombre de mon patron, mais lorsque celui-ci, pour une raison ou une autre, veut rester discret, alors je suis indéfini. Qui suis-je ?
 
3. Quant à moi, je suis comme le caméléon, je prends le genre et le nombre de mon hôte. Je ne suis pourtant pas inutile, loin de là, car sans moi, le langage perdrait de son pittoresque et de sa précision. Qui suis-je ?
 
4. Moi, je suis un actif ! J'agis souvent mais je peux aussi exprimer un état. J'aime rencontrer des personnes et suivre les modes, je varie beaucoup suivant l'air du temps. Qui suis-je ?
 
5. Je suis le délégué qui représente. Mes costumes sont très divers et mes rôles également. Je fais en sorte que les discours s'allègent. Je peux démontrer, rappeler, prendre une forme indéfinie. On peut décliner certains membres de ma famille. Qui suis-je ?
 
6. Si ma famille est très variée, je ne supporte pas le changement. Je n'aime pas prendre un genre, même si je peux faire des manières. On me détermine quelquefois, et je suis souvent de circonstance. Je peux également varier d'intensité. Qui suis-je ?
 
7. J'aime le bruit ! On dit que je n'ai pas un rôle très défini. mais je rends les textes vivants, les enfants m'adorent, les bandes dessinées aussi. Qui suis-je ?
 
8. Je suis souvent très petite et je ne supporte pas la solitude. C'est pourquoi ma fonction est d'introduire. C'est moi qui crée des liens. Qui suis-je ?
 
9. Moi aussi. je crée des liens ! Mais je suis pour l'égalité et n'attache que des éléments ayant la même fonction. Les enfants de l'école primaire me cherchent souvent. Ils m'ont donné un drôle de nom ! Qui suis-je ?
 
10. Il n'y a pas que vous qui créez des liens ! C'est également mon travail, mais pour moi : foin de l'égalité !, j'introduis des subordonnées. Qui suis-je ?
 
 
 

Si vous êtes professeur et que vous hésitez sur les réponses, vous pouvez m'écrire (adresse de messagerie en bas de la page).

 


Retour au sommaire "Coin des lettres"

 

N'hésitez pas à m'écrire pour toute question ou suggestion:

np.pla@wanadoo.fr