Les Grecs et la Mésopotamie: premiers contacts
 
 
Dès les débuts de l'Antiquité grecque, Babylone est bien connue, mais plus par des mercenaires que par des érudits.
Ainsi, la première mention de "Babylone" apparaît dans un poème du poète lyrique Alcée (639-562 av.JC) : il s'y adresse à son frère, parti comme mercenaire dans l'armée de Babylone. Il y mentionne la destruction d'Ascalon (ville de la côte palestinienne), dont on sait par d'autres sources qu'elle a eu lieu en 604 av. JC, sous le règne du célèbre roi Nabuchodonosor II.
 
Hérodote, le premier grand reporter de l'humanité, visite Babylone entre 460 et 450 av. JC. Il en rapporte plusieurs pages d'un grand intérêt historique, et qui n'ont rien de légendaire : ce sera bien le seul à faire preuve d'un tel discernement, parmi les Grecs, et, pourrait-on dire, parmi les Occidentaux jusqu'à nos jours, où "Babylone" a encore une résonnance d'exotisme.
 
En 426, le célèbre comique Aristophane écrit une pièce intitulée Les Babyloniens... hélas perdue aujourd'hui !
 
Entre 415 et 398, le médecin Ctésias de Cnide séjourne à la cour de Perse, qui tient à cette époque (comme à celle d'Hérodote, d'ailleurs) Babylone sous sa domination. Il a l'occasion de faire quelques séjours à Babylone, mais ne quitte guère le palais impérial, et ses informations sur Babylone viennent de l'interprétation forcément faussée des dominateurs perses. C'est lui qui est à l'origine de la diffusion en Occident de la légende de Sémiramis.
 
En 401, Cyrus, frère cadet du roi de Perse Artaxerxès, engage une armée de mercenaires grecs, les "Dix Mille" pour aller détrôner son frère. C'est le déferlement du peuple grec dans les plaines de Mésopotamie : il ne voient pas Babylone même, mais rapportent dans leurs foyers quantité de légendes qui alimenteront encore l'imaginaire de plusieurs générations sur cette mythique Babylonie. Parmi les chefs grecs de cette expédition, Xénophon, un jeune homme d'une vingtaine d'années qui deviendra un écrivain prolifique, rédige, passionné, un journal au jour le jour, L'Anabase, où sont scrupuleusement consignées toutes les informations concrètes sur ce voyage effectué pourtant dans de mauvaises conditions (il se transforme vite en retraite militaire) : dattes, cÏurs de palmiers, miel toxique, ruines des grandes cités perdues en plein désert, troglodytes des montagnes du nord qui boivent de la bière avec des pailles... 

 

Retour au "Sommaire Babylone"